lac du glacier de la Vallée d'Aoste
Applications & Services 16/12/2020

La santé des barrages transalpins surveillée par satellite

Le barrage, un élément familier de nos paysages de montagne. Dans les Alpes transalpines, pour surveiller sa santé et limiter les risques, les satellites veillent.

Les barrages, ces géants de béton, ont remodelé de larges pans de nos territoires, transformant profondément le paysage. Une étendue d’eau qui ravit le regard, et qui été comme hiver, fournit une électricité incontournable. En Italie, l’apport des barrages dans la production d’électricité est loin d’être négligeable puisqu’il est estimé à 17 % du mix énergétique.

satellite COSMO-SkyMed
© European Space Agency (ESA)

Dans les Alpes italiennes, pour sécuriser ces barrages artificiels, améliorer la prévention, la communication et la sécurité des territoires qui pourraient être impactés en cas de fissure ou pire de rupture de la structure, une solution originale a été mise en place, une surveillance depuis l’espace, grâce à des satellites qui gravitent à plus de 600 km d’altitude et qui pour autant, ont la capacité de mesurer avec une grande précision ce qui se passe au sol.

Ces satellites radar, de la constellation COSMO-SkyMed, alliés à l’expertise InSAR de notre filiale TRE ALTAMIRA, basée à Milan, ont permis la surveillance de cinq barrages dans le cadre du projet RESBA (pour Résilience des Barrages).

 

Lac Mount MatterhornUne surveillance rapprochée puisque cette technique innovante permet de mesurer au millimètre près les déformations qui pourraient intervenir et menacer la solidité de l’installation. Et ainsi permettre une sécurisation accrue de ces installations.

Ce projet RESBA fait partie du programme interrégional ALCOTRA, réalisé en collaboration avec la région autonome du Val d’Aoste, la région Piémont, l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement, l’école Polytechnique de Turin et Turin Métropole. L’objectif du projet est de sécuriser ces barrages artificiels des régions alpines et ainsi d’améliorer la prévention, la communication et la sécurité des territoires concernés en lien avec les organismes en charge de la Protection Civile.

 

Cinq barrages situés dans le Val d’Aoste vont bénéficier de cette surveillance depuis l’espace :

  1. Gran Testa, commune de La Thuile,
  2. Nouva, commune de Gressan,
  3. Cime Bianche, commune d’Ayas,
  4. Weissmatten, commune de Gressoney-Saint-Jean,
  5. Fourcaré, commune de Champoluc.

barrages Alpes

logos Interreg RESBA

images barrages des AlpesL’interférométrie satellitaire, ici grâce aux satellites Sentinel, permet une surveillance continue des 5 barrages situés dans le Val d’Aoste et une analyse automatique des variations de vitesse des données historiques de déplacement.

 

interférométrie satellitairePour aller au-delà, l’imagerie satellitaire radar est largement utilisée pour contrôler les infrastructures des zones urbaines, les déformations de terrain, induites par le forage minier, les catastrophes naturelles. Rien n’échappe à la perspicacité millimétrique de la technique InSAR.

Pas d’intervention et de mise en place de matériel en in-situ, des coûts de surveillance optimisés, le gain est précieux surtout en analyse automatique des variations de vitesse des donnees historiques de déplacementcette période si particulière où se rendre sur le terrain est devenu difficile.

Sécuriser les installations, renforcer la vigilance, fournir des résultats décisifs pour les organismes de protection civile, le rôle des satellites est décidemment de plus en plus large et s’adresse à tous les secteurs de notre quotidien.

Pour plus d’information, découvrez l’interview d’Adrian Bohane, CEO de TRE ALTAMIRA