pollution plastique
Innovation 12/05/2020

L’Indonésie et le spatial unis dans la lutte contre les pollutions

L’Indonésie est le deuxième pollueur, au monde, en déchets plastiques marins. Conscient de l’urgence, le gouvernement explore de nombreuses pistes pour lutter contre ce fléau aux conséquences désastreuses pour l’environnement et la santé humaine. Les autorités gouvernementales ont ainsi publié leur plan national de lutte contre la pollution marine qui vise à réduire de 75% les déchets plastiques d’ici 2025. Dans ce cadre, les acteurs locaux ont fait appel à CLS pour comprendre comment les déchets évoluent au sein des territoires maritimes indonésiens. Une information stratégique dans l’optique d’optimiser la collecte des déchets en mer ou sur les côtes.

 

Comprendre avant d’agir

scientifiques indonésiensLes scientifiques de l’Agence de Recherche et du Développement du KKP (Ministère des affaires maritimes et de la pêche) conduisent actuellement une étude sur la circulation des plastiques au sein des réseaux hydrologiques et océaniques en partenariat avec le LIPI (Institut Indonésien des Sciences).

Les chercheurs indonésiens mènent ainsi une étude sur la prévision d’échouage des débris sur les côtes indonésiennes et leur lien avec les rivières les plus polluées. Afin d’optimiser la collecte de déchets il est, en effet, important de comprendre l’impact des courants et du vent à la surface de l’océan qui emporte le plastique de l’embouchure des fleuves jusqu’à la mer ou sur les côtes. Comprendre ces mécanismes est indispensable pour diriger les équipes et les moyens de collecte.

Pour découvrir ou confirmer ces lieux, associés aux phénomènes de courantologie, les équipes du KKP déploient des balises de localisation satellite à l’embouchure des rivières qui charrient le plus de déchets plastiques lors des fortes pluies.

 

Des balises haute autonomie

Les balises délivrées par CLS sont des MAR-GE-T. Elles sont faciles à utiliser et autonomes. Objets flottants de petite taille (134 mm de diamètre, 280 mm de hauteur pour un poids d’environ 1 kg), ils sont conçus pour dériver et flotter à la surface. Connectés par satellite ils permettent plus de 450 jours de suivi.

 

Une phase test avant un déploiement massif

Ainsi avec ces balises et grâce au système satellitaire ARGOS, les scientifiques du LIPI vont pouvoir observer et/ou confirmer leurs hypothèses. Avec une position par heure ainsi collectée, les équipes de CLS reconstituent pour le compte des acteurs indonésiens la trajectoire de la balise et donc des pollutions. Bientôt près de 70 balises seront ainsi déployées pour lutter contre un fléau de masse.

 

Nous contacter

dérive d'une bouée Marge-T en Indonésie
Trajectoire d’une balise satellite MARGE-T déployée à l’embouchure d’une rivière de Jakarta en février dernier toujours à la dérive. Un suivi stratégique mené par les scientifiques de l’Agence de Recherche et du Développement du KKP en partenariat avec le LIPI pour lutter contre les pollutions plastiques en mer.

 

A lire également l’article sur les modèle d’analyse capable de prévoir les zones d’accumulation de plastiques sur le littoral